Introduction dans le milieu ordinaire d’un travailleur de l’ESAT les Cigales.

Dernière mise à jour : 5 mai 2021

C’est au plus près du milieu équin que Grégory, 31 ans, a trouvé sa voie. Une histoire de découverte personnelle et professionnelle qui prouve que chacun peut trouver sa place dans le milieu du travail.

Après 10 ans à l’ESAT les Cigales, dans l’atelier des Espaces Verts, Gregory a fait une demande de stage dans le milieu animal. Il est devenu assistant palefrenier au Centre Equestre de Salon pendant 6 semaines. Une révélation qui a démontré l’investissement significatif du travailleur en situation de handicap dans un poste conciliant valorisation et reconnaissance. Cet équilibre s’est renforcé avec les retours très positifs de la direction du centre, ce qui a poussé l’ESAT à proposer une Mise à Disposition pour Gregory avec un partenaire de long terme.


C’est donc l’hippodrome de Salon-de-Provence qui a accueilli ce passionné pour une durée poursuivie jusqu’à un an et demi. Chaque jour, Gregory s’est rendu avec son propre moyen de transport, et toujours en avance tôt le matin, jusqu’au lieu de course hippique afin d’assister le chef d’exploitation. L’expérience s’est révélée concluante : Gregory a non seulement réalisé les missions avec une réelle maîtrise et une certaine technicité, mais il s’est montré déterminé et capable de monter en compétences et en responsabilité. La conduite d’engins agricoles imposants aurait pu en effrayer certains ; Gregory non. De plus, le chef d’exploitation peut partir en vacances et compter sur lui pour assurer la gestion du site. Indispensable, l’engagement du travailleur appliqué a débouché sur un projet d’embauche en CDI en temps partiel. L’objectif repose sur plusieurs volets : un projet d’avenir professionnel vers le milieu ordinaire, une reconnaissance de la capacité de Gregory et le développement de son potentiel et de ses compétences. Gregory ne sait pas lire mais utilise des outils technologiques qui suppriment les barrières de la compréhension et ambitionne également de passer son permis.


Un parcours qui illustre la réelle motivation des travailleurs en accord avec leurs centres d’intérêt, l’investissement des encadrants du milieu protégé et l’adaptabilité maintes fois prouvée des personnes en situation de handicap. Laisser une chance à Gregory a permis à son employeur de constater son aptitude à être comme tout le monde, et parfois même dépasser les attentes. Alors, qui sera le prochain ?