"Qualité de travail à vendre" - ESAT LES CIGALES

En février dernier, le journaliste indépendant Thibault Petit a dévoilé son livre à charge « Handicap à vendre », une enquête de terrain qui dénonce certaines pratiques historiques des ESAT.

Ce livre ouvre le débat sur ces établissements, posant la problématique du lien bénéfique entre accompagnements médico-sociaux et « objectif économique ». Le discours est lancé par des arguments coup de poing : « leurs agents de production perçoivent moins que le Smic », « ces établissements créent structurellement de l'abus […] imposant des cadences "parfois difficiles à tenir" à leurs agents ». Ces déclarations ont fait tressaillir le gouvernement français, qui se défend d’un Plan de transformation" des ESAT pour « rapprocher les droits" des travailleurs en ESAT de ceux des salariés ordinaires, tout en "sécurisant leur parcours », en proposant notamment de pouvoir « élire des délégués du personnel, voir leurs congés exceptionnels alignés sur le droit commun, cumuler un temps partiel en ESAT et en entreprise ordinaire »…


C'est sur cet ouvrage que l'ESAT LES CIGALES a décidé de prendre le contre-pied de la polémique et de mettre en avant sa "Qualité de travail à vendre". Bien que nous sommes tous "dans le même bateau", et que cette enquête de réalité suggère des axes d’amélioration continue pour la Direction de ces structures, il est important de montrer également les points positifs des établissements.

C'est pourquoi il est primordial de mettre en avant la qualité du travail fourni – et non la conformité à l’exigence client - et l’expertise singulière de chaque travailleur selon son atelier, positiver la démarche des ESAT en mettant au centre de la réflexion la place de l’usager, en communicant clairement sur leurs actions et en mettant en exergue l’évolution de la vision inclusive des établissements… Et tout cela, ce n'est pas la mer à boire.


Aujourd'hui, l'ESAT LES CIGALES souhaite honorer son savoir-faire en atelier et notamment sur l'un de ses cœurs de métier : le conditionnement. Encore de nos jours, la machine ne peut remplacer l'homme et la minutie, la patience et le professionnalisme des travailleurs en ESAT démontre de leur capacité à répondre à des travaux manuels, sur mesure, et encore si indispensables.

Positiver la démarche des ESAT, c'est présenter aussi la différence entre deux étuis montés en atelier avec une vraie qualité de travail comme présenté ci-dessous. C'est grâce à la répartition du travail en équipe selon une chaîne de production cadencée et interdépendante que les produits sont valorisés pour le consommateur en rayon. Certains étuis de produits cosmétiques/hygiène etc. peuvent être demain acheté par tous, sans savoir qu'ils sont passés entre les mains savantes des travailleurs de l'ESAT, qui apportent leur savoir-faire dans chaque tâche réalisée. Alors oui, ils peuvent passer 7h par jour à travailler sur le même produit, mais qui ne passe pas parfois 7h par jour sur son ordinateur à taper des dossiers ? Parfois, ce sont les personnes qui travaillent en ESAT qui trouvent la solution sur un travail spécifique, avant même que le client y pense en le fabriquant. Chaque personne a un talent singulier, une qualification unique qui met le travail en valeur. Et les moniteurs supervisent et se spécialisent comme de véritables capitaines de bord.


L'ESAT c'est aussi ça ; un bateau qui continue d'avancer grâce à un véritable travail d'équipe, et qui s'adapte à chaque vague, sans jamais se laisser submerger. Et cette philosophie aurait bien le vent en poupe dans les années à venir !